Mon premier plaisir est très égoïste, c'est un bonheur vécu seul, il vient de ma première intuition.
Après le regard qui pèse le choix : mes mains qui estiment, évaluent : l'écoute que me traduisent ces dernières, et pour s'achever par la décision des sens, la mesure qui me corrige et la démesure qui m'entraîne attentive à mon imagination.
Alors commence ce qui ressemble à aucun autre recommencement, il faut, une fois encore, défricher un nouveau continent : humer le frémissement du vin, de la petite échalotte grise et rose, saisir les essences.
Affaire de tact, le produit ne doit pas disparaître derrière la recette, il fait l'objet du plus grand respect.
Aussi, lorsque je présente ma nouvelle carte, je tente vos goûts printaniers, je vous transmets une expression gourmande, je vous propose une rencontre, celle de la patience et de la passion.

Ph. Richen

 

SUITE